Autoportraits

Autortrait 1913 (fusain et rehauts de craie blanche, 44 X 35 cm)

Autoportrait 1915 (pastel, 44 X 43cm)

Autoportrait au chapeau de feutre 1916 (pastel, 35 X 26 cm)

Autoportrait 1920 (huile sur toile, 41 X 33 cm)

Autoportrait 1925 (huile sur bois, 35 X 27 cm)

Autoportrait 1927 (huile sur toile, 65 X 54 cm). Reproduction en noir et blanc.

Ombre et lumière

Autoportrait 1928 (huile sur toile, 55 X 46 cm)

 Bien peu de peintres savent que le jeu de la lumière et de l’ombre sont des masses de couleurs qui jouent fugacement, et non des tons pâles, soulignés de quelques gris conventionnels, d’insipides marrons, ou de fastidieux bitumes. 

 En peinture, rien n’est plus complexe que le problème de l’ombre. Pour que la partie ombrée ne cause pas la mort d’un tableau, c’est-à-dire en créant une zone inerte, il faut qu’elle soit lumineuse. Une ombre doit donner l’impression qu’elle peut changer de place et non pas ressembler à une tache figée : une ombre doit exprimer autant de vie qu’une lumière. 

Autoportrait 1935 (huile sur toile, 33 X 22 cm)

Autoportrait 1945 (huile sur toile, 65 X 54 cm)

Autoportrait 1947 (fusain, 37 X 33 cm)

Autoportrait 1968 (huile sur carton, 35 X 27 cm)

Autoportrait au chevalet 1969 (huile sur carton, 46 X 38 cm)